Expatriation Egypte
Portail de l'expatriation en egypte, et de la mobilité internationale.

Egypte
France




 

ACTUALITES

 

Egypte



Revue de presse en provenance de l'Égypte.
 

Pas de candidat pour l´arm√©e √©gyptienne
Mercredi 5 octobre, le mar√©chal Mohamed Hussein Tantaoui a d√©clarer que l´arm√©e ne pr√©senterait pas de candidat √† l´√©lection pr√©sidentielle en Egypte Le chef du Conseil supr√™me des forces arm√©es, interrog√© quand √† l´√©ventuelle candidature d´une personnalit√© issue des rangs de l´arm√©e √† la magistrature supr√™me a r√©pondu "Nous ne devrions pas perdre notre temps √† discuter de rumeurs." Cette rumeur etait n√©e d´une apparition dans les rues du Caire en costume civil la semaine derni√®re de Hussein Tantaoui, chef de l´arm√©e √©gyptienne. Il discutait avec des passants et leur serrait la main, comme le ferait un candidat en campagne. L´arm√©e n´est pas "partie prenante dans le processus politique" et elle souhaite "rendre le pouvoir le plus t√īt possible" explique-t-il. Depuis la chute d´Hosni Moubarak en f√©vrier suite √† la r√©volution, le CSFA dirige le processus de transition en Egypte. Certains egyptiens craignent que l´arm√©e n´en profite pour placer l´un des leurs √† la t√™te du pays. A partir du 28 novembre, des √©lections l√©gislatives en plusieurs √©tapes doivent avoir lieu. Aucune date n´a encore √©t√© arr√™t√©e pour l´√©lection pr√©sidentielle promise par les militaires. Afin de rassurer la population, l´arm√©e a d√©j√† accept√© samedi dernier, sous la menace d´un boycott des √©lections par plusieurs partis, d´amender une loi √©lectorale controvers√©e. L´article 5 de cette loi stipulait que deux tiers des si√®ges au Parlement devait revenir √† des candidats affili√©s √† des partis et que le tiers restant, uninominal, reviendrait √† personnalit√©s ind√©pendantes. Les partis pourront d√©sormais pr√©senter des candidats pour les si√®ges jusqu´ici r√©serv√© aux ind√©pendants. Beaucoup redoutaient que le scrutin uninominal ne favorise d´anciens membres du r√©gime Moubarak et de son parti, le Parti national d√©mocrate (PND). Derniere revendication des partis politiques, ils exigent la r√©activation d´une loi interdisant aux politiques condamn√©s pour corruption de pr√©senter leur candidature √† des √©lections pendant une p√©riode de 10 ans.

< Retour